• Sophie Coulonval - Psychologue à l'APGS asbl

En colère ? Moi ! en colère ?!

Mis à jour : juil. 15


Vous êtes rongé par la colère ? Vous perdez les pédales rapidement ? Vous élevez souvent le ton ou vous vous énervez souvent sur vos enfants ?

Cet article est pour vous….

La colère est une des émotions les plus vives que l’on connaissance. Elle joue un rôle important dans notre vie car elle nous stimule et nous donne parfois le courage de défendre nos opinions, nos valeurs.

La colère n’est donc pas un problème en soi ; elle n’est ni bonne, ni mauvaise.

Elle nous informe juste qu’il se passe quelque chose dans notre environnement qui nous dérange.

Il est donc important de l’écouter.

La colère est normale ; elle peut être saine et juste !

Toutefois, elle peut devenir un problème lorsque son intensité, sa fréquence et les comportements qui en découlent engendrent une souffrance ou une perturbation significative des relations et du fonctionnement habituel.

En effet, lorsque la colère nous submerge, elle peut conduire à de graves problèmes dans la vie familiale, au travail ou également être une menace pour la santé :

  • Les risques augmentent de se retrouver isolé, rejeté, voire même détesté.

  • Les risque de violences et d’agressions envers d’autres personnes augmentent

  • L’estime de soi en souffre souvent.

  • La colère augmente le risque de développer des problèmes de consommation de substances (alcool, drogues, médicaments).

  • La colère nuit à la stabilité et la satisfaction au travail.

  • La colère augmente le risque d’avoir des problèmes avec la justice

  • L’impact de la colère sur la santé est important : dépression, hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires, insomnies, stress, etc.

Quelles sont les causes de la colère?

Il n’y a pas une seule cause précise qui peut expliquer la colère, mais un ensemble de facteurs qui varient beaucoup d’un individu à l’autre.

Ces facteurs sont biologiques (comme l’hérédité), sociologiques et psychologiques.

Généralement, la colère est déclenchée par un évènement ou une situation externe.

Puisque c’est cet évènement qui a déclenché la colère, on a tendance à croire qu’il est la cause de la colère. On a donc naturellement tendance à porter notre attention sur ce qui justifie notre colère (« Il n’aurait pas dû me faire ça. Surtout après tout ce que j’ai fait pour lui, etc.) Et comme la colère est associée à des exigences du monde extérieur, le lieu de contrôle a tendance à être externalisé. Bien sûr, souvent, la plupart de ces arguments sont au moins partiellement exacts.

Néanmoins, c’est l’interprétation que nous faisons de la situation qui alimentera ou non cet état de colère. Ainsi, face à une même situation, deux personnes interprèteront la situation de façon différente en fonction de leur vécu, de leurs filtres, valeurs, etc. Une personne pourra être en colère face à cette situation alors que l’autre ne le sera pas.

Il est donc important, pour mieux comprendre la colère, de réfléchir à ses causes, aux situations qui vous mettent dans cet état et qui sont propres à chaque individu. Ce sont souvent des évènements ou des situations de votre vie quotidienne qui déclenchent la colère. Il est donc important d’apprendre à les identifier. Comprendre ces leviers vous permettra d'en apprendre davantage sur vous-même et sur votre fonctionnement. Vous pourrez ainsi savoir dans quelles situations il est particulièrement important de mettre en action vos stratégies de gestion.

Concrètement quoi faire ?

Consulter notre article sur la gestion de la colère

Sources

- Guide de pratique pour la gestion de la colère de Goulet, J. Avec la participation de Chaloult, L. et Ngo, T. L. https://tccmontreal.com

- La sagesse de nos colères: De la colère qui détruit à la colère qui construit ; mars 2013 de Marc Pistorio

- Tristesse, peur, colère: Agir sur ses émotions, février 2011 de Stéphanie Hahus

Photo : Emeline Hubert

#colère #apgs #emotion