• APGS asbl

Mais pourquoi je stresse ?


Je n'en peux plus !!!! Je stresse !!!

Nombreux sont ceux parmi nous qui nous plaignons de stresser. Nous décrivons le stress comme une plaie qui nous ronge la vie. Le stress est d'ailleurs le mot le plus

courant pour décrire un ras le bol, une tension intérieure qui implose. Et c'est aussi la première cause de longue maladie - voyez plutôt 23% des arrêts maladie de plus de 21 jours au Luxembourg sont liés au stress ou plus largement à une dépression (source : Juillet 2013 statistiques de l’inspection de la sécurité sociale luxembourgeoise page 4)

Et pourtant d'autres diront qu'ils ont besoin de stress pour se mettre en mouvement ou réaliser de grandes choses !

Mais alors qu'est ce que ce "stress" qui semble pourrir la vie des uns et donner du piquant à la vie des autres ?

Découvrez dans cet article ce qui se cache derrière le mot "stress", comment notre organisme fonctionne et pourquoi un phénomène naturel conçu pour être salvateur se transforme en menace pour notre organisme et notre bien-être.

QU EST CE QUE LE STRESS ?

Contrairement aux idées reçues le stress est un phénomène normal et sain, ni positif, ni négatif.

En fait quand nous sommes face à un "stresseur" notre organisme se met en marche de la tête aux pieds.

Chacun réagit à sa façon suivant la fréquence du stresseur, son intensité, le moment, notre histoire personnelle, nos croyances, nos valeurs et nos RESSOURCES.

Vous voulez un exemple ? Prenons la prise de parole en public : prendre la parole en public est source d'un stress immense pour certain et un plaisir pour d'autres.

Alors pourquoi souffrons-nous du stress ?

Et comment en sortir ?

Pour répondre à ces questions nous avons besoin de comprendre ce qui se passe en nous.

COMMENT NOTRE ORGANISME RÉAGIT-IL AU STRESS ?

Face à un stresseur, notre organisme sait agir de façon ciblée ou de façon généralisée.

Avec un exemple cela sera plus clair :

Quand nous approchons notre main d'un four brulant, l'information remonte au cerveau et en mode "réflexe" nous retirons notre main. Nous avons eu peur et notre organisme a réagi de façon ciblée, tout en nous s'est mis en marche pour que notre main s'éloigne du feu pour éviter la brûlure.

A contrario si nous sommes poursuivi par un lion, c'est tout notre organisme qui se mobilise sur ordre du cerveau en automatique et modifie nos fonctions habituelles pour les faire passer en mode URGENCE : ainsi notre cœur pompe plus vite, notre respiration s'accélère, notre bouche s'assèche, nos pupilles se dilatent, nos muscles se tendent, notre sueur augmente, notre digestion, et notre libido se suspendent, etc... En fait notre organisme met en sommeil des activités habituelles sans nous demander notre avis et déclenche tout un tas d'autres activités pour rassembler toute notre énergie et faire face à la situation : notre organisme tout entier se met en mouvement pour nous permettre de prendre la fuite, d'attaquer ou de se figer.

Humm, intéressant ! D'autant plus que c'est là que cela commence à coincer !

Car prenez 2 secondes pour y réfléchir : comment notre organisme peut-il utiliser toute l’énergie ainsi déployée pour fuir ou attaquer dans notre vie actuelle ?

Vous vous imaginez attaquer votre patron quand il vous hurle dessus ?

Ou vous mettre à courir à toutes jambes quand la peur vous prend aux tripes face à un jury qui va décider si oui ou non vous avez le profil pour cet emploi que vous convoitez tant ? Pas très compatible avec notre vie quotidienne moderne ce fonctionnement automatique ancestral qui consiste à attaquer, à fuir ou à se figer !

Mais alors... toute cette énergie déployée pour attaquer ou fuir, où va-t-elle si nous ne l'utilisons pas pour agir ? Que devient ce feu qui monte en nous quand notre patron crie ? Une idée... ?

Mettons cela de côté un instant et continuons de découvrir comment nous fonctionnons !

Face à un stresseur, notre organisme lance 3 étapes pour essayer de stabiliser la situation : D'abord il essaie de nous alerter. Pour cela notre organisme utilise les sensations, les émotions, les pensées, puis si nécessaire il passe en phase de résistance et finalement sans réponse il s'épuise à essayer de rétablir la situation.

Ici la question à se poser est : dans notre vie actuelle, quelle place donnons-nous aux alertes envoyées par notre organisme ? Que faisons-nous de nos sensations, de nos émotions, de notre petite voix qui nous dit que nous aurions besoin de se reposer, de rentrer, de prendre un moment pour nous ?

Mais continuons... parce que ce n'est pas tout à fait fini !

Si le choc a l'origine du stress est trop intense (ou perçu comme tel à travers nos filtres personnels) et que l'on n'est pas mort, et bien notre organisme lance coûte que coûte le système de rétablissement de l'équilibre.

Et c'est ainsi que notre organisme travaille à plein régime pour retrouver le calme. Et pendant ce moment... nous nous sentons fatigués et affaiblis, ... nous avons besoin de calme, de temps pour récupérer.

Alors si cette phase est courte : tout va bien, nous reprenons le chemin d'une vie classique. Mais.. si elle dure, que nous ne lui laissons pas l'espace dont elle a besoin pour nous remettre d'aplomb et bien... cette phase peut devenir chronique...les lésions s'installent, doucement, en silence et font le lit à des maladies parfois graves.

Ce qui est vicieux à ce stade, c'est qu'on peut alors avoir le sentiment de vivre pleinement et intensément durant cette phase de rétablissement mais à termes c'est en fait la déprime, le surmenage qui s'installent face à une hyperactivité sans récupération suffisante. Et voici la dépression, le burnout qui s'invitent. Alors voilà comment le stress, ce phénomène naturel ni positif, ni négatif peut devenir source de danger majeur pour notre organisme.

En résumé....?

En résumé, dans notre vie moderne, face à un stresseur, et à défaut de sortir toute l'énergie rassemblée pour attaquer ou fuir,

- nous gardons la tension générée par la situation en nous,

- nous ne laissons pas le temps et l'espace à notre organisme pour récupérer

... et c'est ainsi que le stress à l'origine neutre, devient ce qu'on appelle stress négatif voire chronique.

Bon, soit !

Mais quoi faire ?

=> lire la suite - Comment faire face au stress

Sources :

Statistiques de l'inspection de la sécurité sociale au Luxembourg

INRS - Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles - Les mécanismes du stress au travail

Übersicht der gesamten Stressreaktion - Schaubild Pyschologie

Kurzbuch Gesundheit, Corazza, Daimler

Psychologie - Zimbardo

Réveiller le tigre - Peter A.Levine

#destresser #stress #fonctionnementdustress #statistiques